« Un problème sans solution est un problème mal posé. »  A. Einstein
« Un problème qui persiste a besoin d’une exploration de fond » Waoup by SHAKER

Au-delà des aprioris et du chahutage médiatique sur les sujets bien-être & travail, 12 mois d’exploration tous azimuts pour comprendre de manière profonde notre rapport au travail, et identifier les leviers innovants susceptibles de le pacifier.

avec le soutien de 

Retrouvez ci-dessous le détail de la démarche exploratoire qui a permis de formuler 4 leviers d’innovation et 60 concepts originaux détaillés ici pour apaiser le rapport au travail.

#1 – Les contours du défi

Le sourire au travail : un sujet vaste où nous avons rencontré beaucoup d’aprioris !
Dans notre exploration, nous avons pris le parti de parler du sourire du cœur et non du sourire de façade.

1. Il existe des personnes qui n’ont pas le sourire en allant travailler

2. On aimerait / on devrait aller travailler avec le sourire

3. On VA au travail, notion d’effort ou de déplacement

4. Travailler est un concept clair, compréhensible et accessible à tous

5. Le sourire est positif. Sourire, c’est bien

6. Le sourire et le travail sont importants. Il y a un lien entre travail et sourire.

7. Il est pertinent de traiter le problème sur le territoire français uniquement.

Pour confirmer ou infirmer les aprioris renfermés dans notre question, partons en exploration documentaire !

#2 – Un sujet complexe

On va au travail avec plaisir et aussi avec des semelles de plombs selon la multiplicité d’indicateurs, la diversité des sondeurs et des sondés, le type de vocabulaire utilisé…

On aimerait aller travailler avec le sourire (mais ce n’est pas nécessairement une priorité pour tous). On devrait aller travailler avec le sourire (cela ne présente que des gains)

Le Télétravail partiel a de nombreux gains pour le salarié comme pour l’entreprise mais il est encore très peu utilisé

Travail et travailler sont des mots employés par tous, tous les jours mais il n’y a pas de définition légale, officielle

Le sourire et le travail sont importants mais l’influence du travail sur le bonheur global est difficile à mesurer.

Trop de contradictions ! On a besoin d’aide par ici… Allons échanger avec des experts !

#3 – Partages d’expériences

Michael Schwartz

Diplômé de HEC en 2010, Michael part ensuite travailler à l’étranger. Mais il reste attaché à la France, et souhaite entreprendre rapidement pour mettre en action des valeurs qui lui sont chères. C’est ainsi qu’il crée « La Cordée » avec Julie Pouliquen, un lieu à la fois professionnel et convivial, professionnelle ouvert à tous (entrepreneurs, indépendants et salariés en télétravail), qui évolue et s’adapte aux besoins de ses membres. Son entreprise est le lieu d’expérimentation de nouvelles pratiques managériales et se développe rapidement tout en gardant en son cœur, sa raison d’être. C’est pour cette raison que nous avons sollicité Michael pour parrainer et éclairer notre exploration.

Autour de Michael, une vingtaine de managers et experts RH venus éclairer nos aprioris de leurs expériences. Ce qu’on en retient :

Travail = équilibre individuel et personnel

Bonheur = Notion intime et inscrite dans un référentiel personnel

L’autonomie peut contribuer à l’épanouissement au travail

On vit dans une société où le plaisir est presque un impératif

Hélène Picard

Docteure en Sciences de gestion de l’Université Paris-Dauphine, sa thèse porte sur les « entreprises libérées », en proposant une analyse approfondie des effets vécus de ces projets managériaux prônant l’abandon des postures autoritaires. Ses recherches portent actuellement sur les innovations managériales émergentes, la parole en organisation, et les vécus subjectifs et intersubjectifs de ces phénomènes.

Ce qu’on retient de notre échange :

On voit se mettre en place de nouvelles formes de management, qui rencontrent elles aussi leurs limites :

Création de nouvelles formes d’inégalités : ceux qui sont prêts pour ces changements VS ceux qui ne le sont pas

Après quelques temps, les rapports de pouvoir et de force ont tendance à réapparaître sous d’autres formes

Pour contrer ces limites :

 

Toujours challenger la liberté, ne jamais la tenir pleinement acquise 

 

Réassurer sur des repères fixes et ne pas maintenir l’incertitude au-delà du nécessaire

 

Garantir des espaces et temps dédiés pour mettre en place et maintenir les nouvelles pratiques

 

Repenser de manière profonde le rôle du manager (good enough manager, intelligence émotionnelle)

ET AUSSI : Est-ce le rôle du travail de générer du bonheur, du sourire ?
Le travail doit être apaisant, épanouissant, permettre de bien vivre son travail, générer une satisfaction réciproque entre travail et travailleur… Doit-on en attendre davantage ?

Jérôme Barrand

Spécialiste du concept de l’Agilité en entreprise. Professeur à Grenoble Ecole de Management où il a créé l’Institut d’Agilité des Organisations, il est aussi professeur à HEG Fribourg. Cofondateur de la société Agil’OA, il expérimente et facilite au quotidien l’agilité managériale et organisationnelle, au sein d’entreprises et d’organisations de tous types.

Ce qu’on retient de notre échange :

Le travail est un iceberg

10 % d’émergé = le tangible ( fonction, poste, rémunération… ) 90 % d’immergé = l’intangible ( contribution sociale, reconnaissance, sens, statut social, relations humaines… )

Miser sur “l’agir ensemble”

Travailler ensemble par l’écoute de chacun et en faisant converger les besoins de tous, en veillant à ne pas construire des méthodes systématiques et imposées.

Les pistes à creuser : 

Changer de paradigme pour envisager les composantes tangibles et intangibles du travail
Envisager une approche systémique pour trouver un équilibre satisfaisant les besoins de tous les éléments
Travailler sur le sens commun par l’agir ensemble

#4 – Mars 2017 Où en sommes nous ?! 

3 dimensions influent sur notre sourire au travail

Société

Le capitalisme, la dette, la croissance, la géostratégie, les organisations internationales, l’Etat, l’éducation, les médias, les banques, l’évolution des modes de vie, la tertiarisation…

L’individu

Sa quête d’équilibre, son ambivalence entre besoin de liberté et de sécurité, la gestion de des priorités et besoins…

L’organisation

Le management vertical, les organisations verticales, les process, normes et règles, l’environnement…

Dans quelle mesure, ces 3 dimensions influent-elles sur le rapport  au travail ? Ces dimensions peuvent contribuer ou au contraire, peser sur le sourire au travail et comment ?

#5 – Juin 2017

Croisons les regards qui n’ont pas l’habitude de se croiser

Syndicats et organisations professionnelles

CFDT, CGPME, CGT, MEDEF

Individus

Travailleurs incarnés et passionnés, associés à des acteurs du recrutement

Organisations

Institution publique, startup, PME et grands groupes

Analyse sociétale

Juriste, économiste, sociologue, neurocognitiviste

Ce qui est ressorti des ateliers :

Avoir du sens dans son travail et se sentir valorisé sont des facteurs de sourire.

Notre monde évolue très rapidement ce qui crée des inégalités.

L’évolution de la formation et de l’apprentissage scolaire peuvent être un levier pour aider les individus.

#6 Conclusion & résultats

 

Toute cette démarche et les livrables sont libres de droits et doivent inspirer le plus grand nombre pour produire un impact fort… A toi de jouer !

Un grand merci à toutes les personnes qui ont contribué à la conduite de cette exploration ! Merci aux experts, aux explorateurs, et à vous tous pour nous avoir aidés à imaginer de nouvelles solutions innovantes pour pacifier notre rapport au travail.

L’équipe d’explorateurs

Avec le soutien de 
WAOUP Shaker - Tous droits réservés - Crédit photographique : Steven Herteleer - Espace presse